Notre histoire

Notre histoire

SON HISTOIRE EN RESUME

Avant la conquête Romaine, Leuilly faisait parti du Mege ou pays de Mage appelé au XIIe siècle terra Megius, et qui comprenait au VI, Codiciaczcm, Luliaczmna, Bermam (Coucy, Leuilly et Verneuil), a pu être aussi un des pagi celtiques du Soissonnais avec Coucy pour oppide.
 » Par la suite l’évêque de Reims Hervé, fit construire une forteresse sur cette emplacement, puisque des points de défenses choisis depuis les temps les plus reculés n’étaient que rarement abandonnés  »
Coucy-la-Ville auraient été le premier village que les Celtes Bolgs ou Belges les  » Coccia  »  auraient fondé dans notre région.
l’aspect général du territoire de Mége, c’était celui d‘immenses forêts entrecoupées de vastes défrichements et traversées par des vallées profondes où coulaient de poissonneuses rivières et une multitude de ruisseaux encore sans noms.

La région où ce trouve le Leuilly d’aujourd’hui fut certainement habité depuis les temps les plus reculé, puisque l’on y a retrouvé des objets en silex  » j’en ai moi même retrouvé un  » et l’on peut encore voir une tombe proto-celtique, ce tumulus ce trouvant au lieu dit le Mont des Tombes  » il n’existe que deux tombes de ce genre dans le canton de Coucy, l’autre ce trouvant justement à Coucy.
Avant la conquête Romaine, Leuilly faisait parti du Mege ou pays de Mage appelé au XIIe siècle terra Megius, et qui comprenait au VI, Codiciaczcm, Luliaczmna, Bermam (Coucy, Leuilly et Verneuil), a pu être aussi un des pagi celtiques du Soissonnais avec Coucy pour oppide.
 » Par la suite l’évêque de Reims Hervé, fit construire une forteresse sur cette emplacement, puisque des points de défenses choisis depuis les temps les plus reculés n’étaient que rarement abandonnés  »
Coucy-la-Ville auraient été le premier village que les Celtes Bolgs ou Belges les  » Coccia  »  auraient fondé dans notre région.
l’aspect général du territoire de Mége, c’était celui d‘immenses forêts entrecoupées de vastes défrichements et traversées par des vallées profondes où coulaient de poissonneuses rivières et une multitude de ruisseaux encore sans noms.

Leuilly dont l’étymologie vient du nom Loup, s’appela successivement : Luliacum au environ de 530, Lully vers 1316, Luilly-de-les-Nogent vers 1385, Lieuly en 1632, puis Leuilly à la Révolution et enfin Leuilly-sous-Coucy en 1956.

Bâti au milieu d’une gorge dans la vallée de l’ailette, Leuilly ce situ à 8km de Coucy le Château et à environ 24km de la ville de Laon.
On y compte six hameaux :
La Fontaine-saint-Rémy, où se trouve une source qui n’a jamais Tari, le Mont de Leuilly, le trou-des-loups, les Fromions, le Banc de Pierre.

SA GEOGRAPHIE

Leuilly dans son renfoncement de la vallée de l’ailette, avec ses 500 habitants, n’a pas une grande histoire, par rapport à son voisin Coucy avec son château fort et c’est seigneur les Enguerrants, il fait parti de tout ces petits villages qui vivront à l’ombre de leur seigneurie, mais avec une petite différence quand même puisque le village de Leuilly ……. est cité une première fois lorsque se reposant dans sa villa de Juvigny, après sa victoire sur les Allamands Clovis devenu chrétien et pour remercier Saint Rémis, évêque de Reims et plusieurs années après avoir vaincu Siagrus dernier Roi Romain d’occident qui installé, dans son palais d’albâtre de Soissons du s’enfuir chez les Wisigoths de Toulouse après sa lourde défaite en 486, lors d’une grande bataille contre les Francs, qui ce serait située sur le plateau entre Crécy-au-mont, Leuilly-sous-Coucy, Juvigny et Terny-Sornie mettant fin à cinq siècle de domination romaine et dont on a retenu la célèbre histoire du vase de Soissons.
Lui donna toutes les terres qu’il aura parcouru en une journée de chevauchement, Leuilly fut donc le premier village qu’il obtiendra.
Une célèbre légende en résultera …..

Ensuite on ne reparlera plus de Leuilly jusqu’à ce que la mère de l’Empereur de Germanie Otton qui voulant s’installer dans notre village fut chassé par les habitants qui ne la désiraient pas. Leuilly fut aussi le premier village qui obtiendra une franchise.

Les Prémontrés seront les principaux propriétaires terriens du village, une maladrerie sera même au lieu dit le Saint Barnard soignera les lépreux, c’est peut être là que commença la vocation des Leuillissiens pour les plantes médicinales qui sait ?

Pendant les guerres de religions il y eu des troubles dans la région Juvigny fut brulé après l’édit de Nantes Leuilly était un des rares villages où le culte protestant était donné.

Les Longuevals furent les seigneurs de Leuilly, ils participèrent aux croisades, un Longuevals sera tué lors de la bataille d’Azincourt.

La révolution passera par Leuilly et après ce sera le premier Empire, et le second et enfin les herboristes feront du village un endroit différent des autres.

Le village ensuite s’endormira comme bien d’autre et il ne se passa pas grand chose jusqu’à la Révolution de 1789.
Les années qui ont précédé cette période seront marqués successivement  par de bonnes et de mauvaises récoltes, des hivers plus ou moins rigoureux, comme les terribles hivers de 1709 où les mêmes les poissons moururent dans les étangs et rivières gelés, tous les arbres fruitiers furent détruits par le gel, une grande misère s’en suivit, il y eu aussi le grand orage de l’été 1788 qui dévasta bons nombres de cultures  notamment celle de blé, ce qui entraina des révoltes de la faim dans tout le canton, prémisse déjà de la révolution qui suivra l’année suivante.

Des travaux effectués au siècle dernier dans l’église de Leuilly ont fais apparaître un tombeau sous la dalle de la petite chapelle de gauche dédiée à la Sainte-Vierge, dans ce caveau on a retrouvait trois squelettes et sur la pierre tombale les inscriptions ci-gisent Messire Pierre de Longueval Viconte de Lieuly, décédé le 19 janvier 1622 et dame Marie de Caumont décédé le 16 avril 1638. Le troisième corps, dont la pierre ne fait pas mention est probablement celui d’un enfant de ces mêmes seigneurs.

Les seigneurs Laïcs de Leuilly avant la Révolution.

Les Longuevals  feront les croisades puisque l’on retrouve
lors de la première croisade en 1096, le seigneur de Longueval partira le 8 mars de cette même année.
A la deuxième croisade de Saint-Louis Baudoin et Aubert de Longueval y participeront respectivement
accompagnés de 3 ou 4 chevaliers. On notera aussi qu’un Longueval sera tué à Azincourt.

1184 – Barthélémy de Leuilly,
1190 – Renauld de Leuilly,
1194 – Gérard, Chevalier de Leuilly,
1225 – Jean Bros-nez, Chevalier de Leuilly,
1286 – Robert garde du sceau du bailliage de Coucy,
1341- Jean de Mallilastre de Leuilly, écuyer,
1574 – Antoine de Dompierre, écuyer,
1643 – Roger-Charles de Longueval,
seigneur de Crécy-au-Mont et de Leuilly,
1680 – François Annibal de Longueval,
1697 – Henri Pierre de Senneterre, Marquis de Lestang,
1711 – Pierre Emmanuel, Marquis de Brussol fils du Précédent,
1767 – Henri-Charles Emmanuel Viconte de Brussol, fils du précédent,

La première guerre mondiale fera du petit village tranquille de Leuilly un amas de ruines, tout ou presque sera détruit surtout en 1917 lorsque les allemands se retirèrent sur la ligne Hindenburg et lors des combats de la reconquête de l’année 1918.
A leur retour de leur exile dans les Ardennes et pour les plus chanceux si l’on peut dire, ceux qui avaient été évacué par la croix rouge en Savoie via la Suisse et son bon lait et son chocolat que les enfants ont dû faire honneur après toutes ces années de privations, ce fut un spectacle de désolation plus rien de ce qu’ils avaient quitté tout leur passé n’était que ruine
On peut s’imaginer leurs étonnements en voyant les ruines de leur vielle église et la porte de l’ancien château au centre du village.

Il a fallu tout reconstruire et remettre les champs en cultures, en attendent le le faire en dur ce sera des baraquements provisoires qui surgiront de terre pour abriter la pauvre population démunie.


La bénédiction de la nouvelle cloche de l’église du village, puisque toutes les cloches des églises des zones occupées furent envoyées en Allemagne dans les usines Kruup pour être fondue et en faire des canons.


La sortie de l’église provisoire après de la messe de bénédiction. On peut ressentir en voyant cette image que la population du village se sent d’humeur légère et optimiste malgré l’énorme tache à accomplir qui lès attend pour se reconstruire une vie normale mais la guerre est fini et le sang des français ne coulera plus c’est bien là l’essentiel.

 

Diaporama de Leuilly au sortir de la guerre de 1914/1918

La petite histoire de Leuilly en version ebook à consulter gratuitement

 

 

Translate »
0 Partages